Ubérisation

Définition de l’ubérisation

L’ubérisation permet de mettre en contact direct prestataires et prospects grâce à des solutions digitales innovantes et un modèle économique bouleversant les marchés historiques.

Le mot « ubérisation » est dérivé du nom de la société américaine Uber, spécialisée dans la mise en relation d’utilisateurs et de conducteurs fournissant des prestations de transport. La société créée en 2009 a alors développé et exploité des applications afin de déployer son service. C’est donc de ce concept qu’est née l‘ubérisation qui désigne aujourd’hui plus largement la mise en relation directe et instantanée de prestataires et de clients potentiels, grâce à la conception de plateformes numériques et d’applications. Au cœur de la transformation digitale, l’Ubérisation peut s’appliquer à de nombreux secteurs d’activité comme le travail (mise en relation d’employeurs et de demandeurs d’emploi), le secteur bancaire, la restauration, le tourisme (Booking.com étant un pionner dans ce secteur) et bien d’autres encore.

L’ubérisation permet donc de supprimer tous les intermédiaires et s’inscrit dans une logique CtoC (consumer to consumer), du consommateur au consommateur, ce qui est un moyen de gagner du temps et d’offrir une prestation dans des délais presque instantanés. De plus en plus de startups fleurissent en proposant un concept d’ubérisation, comme AirBnB qui permet la réservation de logements pour des courts séjours entre particuliers ou encore BlablaCar qui offre aux utilisateurs la possibilité de trouver des covoiturages grâce à une application.

Des marchés disruptés depuis l’ubérisation !

Le terme « disrupter » est un anglicisme provenant du verbe « to disrupt » qui signifie « perturber, interrompre ». On l’utilise depuis plusieurs années pour définir les stratégies innovantes de startups qui viennent bouleverser le marché traditionnel avec une offre qui utilise une technologie innovante ou bien un modèle économique novateur. Cela apporte un grand changement dans le marché concerné et en bouleverse tous les codes économiques. « Disrupter un marché », c’est donc ce qu’a généré l’ubérisation en inventant un nouveau modèle économique et en développant des plateformes innovantes.

L’Ubérisation, un modèle économique avantageux ?

Si certains ne voient pas l’ubérisation d’un bon œil à cause des nombreux chamboulements qu’elle occasionne, l’ubérisation comporte certains avantages aussi bien pour les clients que pour les prestataires. Pour les clients, l’atout principal de l’ubérisation c’est le prix. En effet, avec la suppression d’intermédiaires, les services coûtent la plupart du temps moins cher qu’en économie traditionnelle et sont accessibles plus facilement et plus rapidement. Pour les prestataires, il est beaucoup plus simple d’atteindre de nombreux clients grâce à la relation directe qu’ils entretiennent avec eux. C’est aussi une activité qui ne nécessite pas d’actif à l’instar de AirBnB qui ne possède aucun actif immobilier, contrairement à une entreprise traditionnelle comme Accor. En revanche selon les prestataires, le statut de travailleur indépendant peut entraîner une certaine précarité et une couverture sociale réduite.