L’impression 3D en quelques mots

L’impression en 3 dimensions est une technique de fabrication additive, c’est-à-dire par l’ajout de matière. Elle permet la conception d’objets, de pièces détachées ou de prototypes à partir d’un fichier informatique représentant l’objet à produire en 3 dimensions. Les informations contenues dans ce fichier sont alors envoyées à une imprimante 3D qui “fabrique” l’objet par l’ajout de couches successives. De nombreux modèles d’imprimantes 3D sont disponibles dans le commerce, à destination des particuliers et de tout type d’entreprises.

Les différentes techniques d’impression 3D

Selon les objets à “imprimer”, on utilise différents matériaux classés en 4 grandes familles : les plastiques, les métaux, les céramiques et les matières organiques. Les plastiques sont les matériaux les plus répandus actuellement dans l’impression 3D, cependant selon l’utilité et la destination de l’objet à imprimer, d’autres matériaux sont nécessaires, notamment en médecine où l’on utilise des tissus biologiques.

Toujours selon le résultat souhaité, il existe différentes techniques d’impression comme la fusion sélective par laser qui fait fondre des métaux, des plastiques ou encore des céramiques par un laser, ou le frittage sélectif (SLS) qui fritte des thermoplastiques, des métaux ou des céramiques sous forme de poudre avec un laser.

Les différents types d’impression 3D

Depuis sa création, l’impression 3D est en perpétuelle évolution et continue de se perfectionner au niveau des matériaux utilisés, de la restitution des couleurs, de la vitesse d’impression et de la dimension des objets imprimés. On l’utilise aujourd’hui dans différents secteurs d’activités. Dans le secteur du BTP, les imprimantes 3D géantes sont utilisées pour confectionner des pièces qui seront ensuite assemblées entre elles. Certaines maisons ont été construites en 24 heures seulement par ce procédé. Le secteur médical a également de plus en plus recours à l’impression 3D pour fabriquer des implants, des prothèses et même des organes ! En médecine on parle de bioprinting, et le résultat est surprenant. En effet, en 2013 des chercheurs ont fabriqué la première oreille humaine grâce à un processus d’impression 3D. De nombreuses recherches sont en cours pour la confection d’organes et notamment d’organes vitaux. Dans le secteur de l’alimentation, des imprimantes 3D réussissent à reproduire à l’identique des plats avec des ingrédients liquides ou semi-liquides. En plein développement, les imprimantes 3D offrent de belles perspectives d’avenir, notamment dans la recherche médicale, et pourraient ainsi sauver de nombreuses vies.